Genre et changement climatique: Et si la femme africaine sauvait la planète ?

Au sujet de la femme à propos de l’environnement, on peut y aller, d’entrée de jeu, avec les paroles du poète Victor Hugo. Pour lui : 《 l’homme est la plus élevée des créatures, la femme est le plus sublime des idéaux. L’homme est capable de tous les héroïsmes, la femme de tous les martyrs. L’héroïsme ennoblit, le martyre sublime. L’homme pense, la femme songe. Penser, c’est avoir dans le crâne une larve, songer, c’est avoir sur le front une auréole. 》

La femme africaine et la crise climatique, quel rapport ?

La femme est l’être qui sauve le dieu qui dira oui à l’être qui sauve la nature (l’arbre) en proscrivant la guerre

《 Rhéa, épouse de Saturne, fut la mère de Jupiter. Or, Saturne dévorait cruellement tous ses fils. À peine né, Rhéa envoya donc Jupiter à sa servante de confiance [loyale]. La servante emporta l’enfant dans l’île de Crète et le déroba aux regards [le dissimula] dans une caverne secrète. La caverne était large [spacieuse] et profonde [impénétrable] ; ses parois [ses murs] de roche étaient revêtus de lierre [plante sempervirente] dense. Beaucoup de nymphes y habitaient et reçurent particulièrement le tout petit dieu et le placèrent dans un berceau d’or [=et l’établirent dans un précieux gîte]. La chèvre Amalthée donna beaucoup de lait à l’enfant divin et de bienveillantes abeilles qui fabriquèrent du miel le plus doux. Chaque jour, une ligne de colombes volait de la mer vers la caverne et offraient de l’ambroisie [nourriture qui donnait l’immortalité à ceux qui en goûtaient] au fils de Saturne. Chaque jour, en outre, un grand aigle descendait en volant de hautes montagnes, et ce fameux oiseau sacré fournissait aux besoins de l’enfant le nectar le plus agréable, le breuvage des dieux et des déesses. Ainsi, à la manière des dieux immortels, Jupiter était nourri. 》

La femme remporte le concours de dédicace de son nom à la ville d’Athènes 

《 Neptune, dieu de la mer et Athéna, déesse de la sagesse, étaient tous deux venus auprès de Jupiter. Le fait est que Neptune et Athéna désiraient chacun donner le nom à la nouvelle Attique. Ils demandaient ainsi l’avis de Jupiter. Alors Jupiter leur dit : “Celui qui donnera le meilleur cadeau aux habitants, pourra aussi donner le nom à la ville ! ” Neptune fut le premier à prendre la parole : “ Moi je leur offre le cheval, un animal bien connu : il charmera pendant longtemps aux yeux de tous, aussi bien dans les champs que dans l’arène.” D’autres rapportent que Neptune, de son trident, frappa le premier le rocher. Aussitôt une fontaine d’eau salée s’élança d’elle seule et un cheval impétueux se fit voir, ce qui fut signe du courage à la guerre.” Par la suite, Athéna eut ces paroles : “Moi je leur présente l’Olivier, à n’en point douter, l’arbre le plus humble. Il ne plaira pas seulement aux habitants de la nouvelle ville, mais en plus, il profitera beaucoup à toute l’humanité entière.” D’autres restituent aussi qu’ “ au coup de sa pique, Athéna troua le sol. Subitement, l’olivier chargé de feuilles et de fruits poussa vers le ciel.” C’est alors que Jupiter et d’autres dieux en présence tranchent en ces termes : “ Vos présents sont beaux et très avantageux. Mais, le cheval est utile dans les guerres. Or l’olivier sera le symbole de la paix. Voilà pourquoi le cadeau d’Athéna est de beaucoup meilleur. C’est de cette manière que le nom d’Athéna vit, même à l’heure qu’il est, dans le nom d’Athènes.》

L’arbre et les forêts, garde irremplaçable de l’équilibre climatique, sont du genre féminin 

Selon le linguiste MEILLET :《 Il est curieux que, en général, les noms d’arbres indo-européens soient de genre féminin, et les noms des fruits du genre neutre : l’arbre était considéré comme une sorte de femelle qui produit des fruits. Les noms d’arbres de la deuxième déclinaison latine en particulier constituent le groupe le plus important de noms féminins, alors même que cette déclinaison est du genre masculin.》

Mieux, peuvent-elles pleurer pour l’environnement, parce que là où nos voix environnementales s’arrêtent, il n’est au monde de meilleur condiment que les larmes de nos Mamans pour assaisonner toutes les recettes environnementales !

En fait, si《 les plus beaux arbres ont été dédiés à des divinités, à l’exemple desquels l’Olivier à Athéna (Minerve) et le Myrte à Aphrodite (Vénus) 》, c’est une preuve irréfutable et irrévocable que les femmes sont demeurées incontournables dans les décisions environnementales. Pour preuve, l’Olivier aura été l’arbre qui survécut au déluge aussi bien dans la Bible que dans la mythologie. C’est l’arbre dont l’onguent ou l’huile raffinée soigne éternellement toute l’humanité. 

Dans les affaires environnementales, les hommes ont le cerveau, les femmes, le cœur. Quand le cerveau fabrique la lumière, le cœur lui produit l’amour. La lumière féconde, l’amour ressuscite, dixit Victor Hugo. 

Juridiquement et démocratiquement, leur place est primordiale.

Conclusion et mot de la fin

Femmes par votre Myrte, votre place dans les décisions concernant le climat, ressuscitez le monde qui régénère les plantes, comme vous en avez été les premières à donner le signal par Athéna !

Partager cet article sur les réseaux sociaux
La Rédaction
La Rédaction
Publications: 9

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *